Tunisie : la Fondation Orange dans le pays du bleu et du blanc

Après trois semaines d’aventure en Côte d’Ivoire, AQWA poursuit sa mission en Tunisie. Différents pays, différents projets. Cette fois, l’équipe se penche, non plus sur les Villages Orange, mais sur le programme Education Numérique de la Fondation.

 

En Tunisie, la Fondation a équipé 28 écoles d’un kit numérique composé de 50 tablettes, un vidéoprojecteur, et un serveur indépendant donnant accès à un contenu pédagogique hors ligne.

 

SONY DSC

Le serveur et le vidéoprojecteur du kit numérique Orange

 

Les 50 tablettes et leur valise protectrice

Les 50 tablettes et leur valise protectrice

NOS VISITES DANS LES écoles

La Tunisie est un pays avant-gardiste en matière de numérique. En parallèle du projet Éducation Numérique d’Orange, le Ministère de l’Éducation travaille d’arrache-pied sur le projet Écoles Numériques. Différents modèles de tablettes, différentes écoles ciblées, mais un seul et même objectif : équiper les 4 500 écoles primaires tunisiennes en tablettes d’ici 2020. Ambitieux !

À notre arrivée à Tunis, nous apprenons malheureusement que nous ne pourrons pas nous déplacer autant que prévu à l’intérieur du pays pour des raisons de sécurité. Nous visitons néanmoins 4 écoles du Grand Tunis, situées à une heure en voiture depuis la capitale : Chorfech24 (Ariana), Hmaiem (Manouba), Ain Ragued (Ben Arous), et Borj Chakir (Tunis 2).

Dans chaque école, afin de mesurer l’impact social du programme, l’équipe AQWA rencontre le directeur et un enseignant. Ils répondent avec plaisir à nos questions sur l’utilisation des tablettes dans leur établissement respectif et leurs conséquences sur la motivation des élèves, leur concentration, leur présence en classe, leurs résultats scolaires.

 

Mathilde et Pauline interrogent le responsable formation du Ministère de l'Éducation

Mathilde et Pauline interrogent le responsable formation du Ministère de l’Éducation…

 

...tandis que Manon et Nathalie écoutent la directrice avec attention.

…tandis que Manon et Nathalie écoutent la directrice avec attention.

 

Un autre questionnaire, traduit en arabe, est distribué aux enfants d’une classe bénéficiant du projet. Consciencieusement, les enfants travaillent sur les questionnaires: « Es-tu content d’aller à l’école ?« , « Participes-tu davantage en classe depuis que tu utilises le kit ?« , « As-tu des idées pour améliorer les tablettes ?« .

élèves

élèves

 

Il y a relativement peu d’élèves par classe ; nous en comptons 25 en moyenne. Souvent, les tables sont disposées en U, pour permettre une meilleure participation. Les écoles sont simples, de forme rectangulaire, toujours dans les tons bleus et blancs. Les alentours sont très calmes. Le drapeau tunisien trône bien souvent au milieu de la cour de récréation, sous le soleil.

Cours de géographie et patriotisme dans la cour de l'école

Cours de géographie et patriotisme dans la cour de l’école

 

Pas besoin de tablettes pour le réveil sportif matinal !

Pas besoin de tablettes pour le réveil sportif matinal !

 

L’utilisation du kit pédagogique à l’école

L’équipe découvre à l’occasion de ces visites l’engouement des élèves envers les tablettes. C’est une technologie nouvelle, un objet de curiosité attisant leur motivation et leur participation en classe. Les enseignants tunisiens regorgent d’originalité pour inculquer aux enfants la manipulation des outils numériques : clubs de poésie l’après-midi, jeux linguistiques pour l’apprentissage du français… Les tablettes « donnent du piment » à des leçons parfois rébarbatives pour ces élèves de primaire. En outre, elles représentent surtout pour eux un pas de géant vers le monde contemporain et les études supérieures. Les directeurs des écoles, eux aussi, croient au projet, et prévoient d’en poursuivre ou d’en accentuer l’utilisation en ce début d’année scolaire.

Cependant, la Fondation a encore quelques beaux défis à relever afin d’optimiser le programme Education Numérique. Nos visites dans les écoles ne nous ont malheureusement pas permis de voir des tablettes dans les mains des enfants. Les manuels scolaires ne semblent ici pas être une ressource rare, ce qui limite la valeur ajoutée pédagogique du support numérique. Certains enseignants montrent également quelques réticences à changer leurs habitudes pédagogiques au profit d’un outil qu’ils maîtrisent parfois moins que les enfants. Voici donc les deux grands défis de la Fondation dans le lancement de la deuxième phase du projet visant à équiper 30 nouvelles écoles dans les prochains mois : accentuer la complémentarité des contenus papier et numérique, et améliorer la formation des enseignants.

 

Un grand merci à chaque directeur, chaque enseignant et chaque élève pour cet accueil chaleureux aux couleurs si éblouissantes et aux odeurs délicieuses de couscous royal. La Tunisie aurait été bien plus morose, enfin, sans l’hospitalité de nos amis Youssef, Belhassen et Aïda, les responsables des projets sociaux d’Orange Tunisie.  À bientôt Inch’Allah !

Publicités