Un système de micro-assurance de pompes à eau en Tanzanie, grâce à l’ONG MSABI !

L’eau potable est difficile d’accès pour 50% des tanzaniens, principalement en zone rurale. Sur une approximation de 60 000 pompes à eau en Tanzanie, 46% d’entre elles ne sont pas fonctionnelles ; elles sont le plus souvent délaissées par les habitants n’ayant pas les fonds nécessaires pour faire appel à un mécanicien.

Dans le secteur de l’eau et l’hygiène, de nombreux challenges préoccupent le gouvernement, les ONG et associations, parmi lesquels : la pénurie d’eau due à un accès restreint et des possibilités de conservation de l’eau limitées, la dépendance aux donateurs, les pratiques inadéquates en terme de consommation et d’hygiène, la faible sensibilisation des populations sur ces pratiques.

Face à ces problématiques, l’ONG tanzanienne MSABI, créée en 2008, développe des projets innovants permettant un accès durable à l’eau, l’assainissement et l’hygiène. C’est au début du mois de novembre que nous sommes arrivées à Ifakara, petite ville d’environ 100 000 habitants de la région de Morogoro, afin d’évaluer l’impact social de son programme « Pump for Life« .

Face au défi de l’abandon des pompes à eau par des communautés qui manquent de moyens, le programme « Pump for Life » propose un service de micro-assurance pour leur entretien. Moyennant une cotisation mensuelle de 5$ par pompe, les abonnés bénéficient d’une visite proactive d’un mécanicien chaque mois. En cas de panne, la communauté peut faire appel au réparateur, qui interviendra dans les 48 heures sans frais supplémentaires. Dans le but de garantir un accès à l’eau durable et à moindre coût, plusieurs foyers d’une même communauté se regroupent afin de partager les frais de l’abonnement.

Ravies de pouvoir contribuer à ce beau projet, nous nous sommes lancées dans la mesure de l’impact social du programme en suivant les trois grandes étapes de notre méthodologie, reposant sur la comparaison entre les témoignages des bénéficiaires du programme et ceux de communautés non bénéficiaires :  1. la création des outils-clés de la mission, dont bien sûr les questionnaires 2. la collecte de données sur le terrain grâce à des interviews auprès des bénéficiaires, et 3. l’analyse des données et leur restitution au sein d’un rapport pour MSABI, accompagné de recommandations stratégiques.

Le programme « Pump for Life » concerne aujourd’hui 186 pompes à eau, dont 98% sont fonctionnelles, donnant accès à l’eau à plus de 40 000 personnes dans des villages et écoles de la région de Morogoro. Nous avons parcouru Ifakara et ses alentours afin de rencontrer les communautés, les écoles, les responsables des pompes à eau en leur sein ainsi que les mécaniciens de MSABI : après 140 interviews dans 35 communautés et 13 écoles durant 15 jours, nous vous faisons quelques retours sur nos impressions terrain.

MSABI

MSABI

MSABI

Pump for Life dans les communautés

Que ce soit dans leur demeure, sur un petit tabouret en bois à l’ombre d’un manguier ou sur un muret des environs, nous avons été marquées par la disponibilité des habitants. Malgré un questionnaire prenant souvent plus d’une heure, ils avaient très souvent du temps à nous consacrer, même s’ils n’avaient pas été prévenus !

Les bénéficiaires affirment globalement avoir un meilleur accès à l’eau ainsi qu’une eau de bonne qualité, pouvant en partie s’expliquer par un entretien plus régulier de la pompe. D’ailleurs, 60% trouvent la qualité de l’eau de la pompe MSABI meilleure que celle de leur source alternative.

Le programme a assurément un impact sur la santé et, par causalité, sur la situation économique des habitants : le nombre de maladies liées à l’eau est moins important dans les communautés bénéficiant du programme, qui dépensent annuellement et en moyenne 25€ de moins pour leur santé que les communautés non bénéficiaires.

Malgré des retours dans l’ensemble positifs, l’impact du programme au sein d’Ifakara nous a semblé limité. En effet, le nombre important de points d’eau de la ville saute aux yeux de quiconque y passe, rendant le programme accessoire aux yeux des habitants : pourquoi les communautés payeraient-elles 5 dollars de plus par mois alors qu’elles peuvent se rendre aux nombreuses pompes voisines en cas de panne de leur source principale ? De plus, pour des habitants qui n’ont jamais eu l’habitude de payer pour leur accès à l’eau (que ce soit à partir d’une pompe, d’un puit ou parfois d’une rivière), la bascule peut être un peu brutale voire rejetée.

MSABI

MSABI

MSABI

MSABI

Pump for Life dans les écoles

C’est avec leurs petits uniformes bleus et blancs, leurs sourires étincelants et leur énergie débordante que les enfants nous accueillaient dans leurs écoles – quel plaisir ! A chaque visite, nous rencontrions un professeur, le responsable de la pompe et un parent afin de mesurer l’impact auprès des élèves.

70% des interviewés considèrent que depuis le programme Pump for Life, l’accès à l’eau a été facilité, que ce soit en termes de distance ou de fonctionnement durable de la pompe. D’ailleurs, 70% des élèves ont un meilleur accès à l’eau à l’école en comparaison de leur maison. Les professeurs ont observé dans l’ensemble une hausse de la participation des élèves, partiellement attribuable à un accès à l’eau durable et continu grâce à Pump For Life. En revanche, l’impact s’est avéré plus limité au niveau du taux d’absentéisme des élèves, de leur concentration en classe ainsi que de leurs résultats scolaires par exemple.

MSABI

MSABI

MSABI

Aujourd’hui, le business model de MSABI est en pleine mutation. L’ONG, fortement dépendante de dons, souhaite passer à un modèle plus rentable centré sur la révision du programme Pump For Life. Malgré cette volonté de devenir plus autonome, ce changement s’avère être un véritable challenge pour l’ONG (prochainement l’entreprise sociale ?), qui doit faire face à une population habituée à la « culture du don » et réticente à mettre la main à la poche.

Nous avons apprécié travailler avec MSABI, sur un sujet aussi passionnant que l’accès à l’eau potable et ses très nombreux impacts. Un grand merci à toute l’équipe MSABI pour leur accueil, et particulièrement à nos traducteurs Rose, Frank et Brown. Nous souhaitons au programme Pump For Life une très bonne continuation !

MSABI

 

Publicités